La première équipe pédagogie Steiner-Waldorf

Aux origines de la pédagogie Waldorf

Cent ans pour les enfants !

En 1919, une première école mixte pour des enfants d’ouvriers

Emile Molt, fondateur de la première école Steiner Waldorf
Emile Molt, fondateur de la première école

La pédagogie Waldorf a vu le jour dans le chaos économique et social qui a fait suite à la Première Guerre mondiale. Après l’écroulement des formes sociales anciennes, ceux qui se souciaient de l’avenir de l’Europe, cherchaient une orientation nouvelle. L’un d’entre eux était Emil Molt, directeur de la fabrique de cigarettes Waldorf-Astoria, à Stuttgart, en Allemagne. Il demande à Rudolf Steiner de le soutenir dans la mise en place d’une école aux méthodes inspirée par ses recherches en anthroposophie, et destinée aux enfants des ouvriers de sa fabrique. En septembre 1919, six mois plus tard, s’ouvrait la première école Waldorf, avec 12 professeurs et 256 enfants, répartis en huit classes : une école où jeunes gens et jeunes filles de différents milieux et d’aptitudes inégales étaient éduqués ensemble.

« La plus grande chose à laquelle on puisse préparer un enfant, c’est qu’au moment juste, dans sa vie, il parvienne à faire l’expérience de la liberté, par compréhension de lui-même. »

Rudolf Steiner

Rudolf Steiner

L’interdiction par le régime nazi

Fort du succès de la première école fondée en 1919, les établissements Steiner-Waldorf se multiplient et grandissent en Allemagne. Lors de la mise en place du régime nazi, certaines écoles vont choisir de fermer leurs portes pour ne pas avoir à se plier aux exigences autoritaires, d’autres vont tenter de subsister en cherchant des compromis, mais elles ne pourront plus accueillir de nouveaux élèves.

En 1938, les écoles Steiner-Waldorf sont officiellement interdites par le régime. Jacob Wilhelm Hauer, spécialiste nazi des religions à l’Office central de la sécurité écrivait déjà en 1935 : « les méthodes d’enseignement basées sur la pédagogie de leur fondateur Rudolf Steiner visent le développement de l’individualité, ce qui n’a rien à voir avec les principes d’éducation nationaux-socialistes », ou encore : « la conception du monde national-socialiste se fonde en effet sur l’idée de sang, de race, de peuple, et sur l’idéal d’un État totalitaire. Ces deux piliers du troisième Reich sont justement repoussés par l’anthroposophie ».

Le bâtiment de la première école Waldorf à Stuttgart.
Le bâtiment de la première école Waldorf à Stuttgart.

Après la seconde guerre mondiale, les écoles Steiner-Waldorf vont de nouveau pouvoir se déployer à travers le monde.

Un mouvement mondial

Aujourd’hui, plus de 3000 établissements se répartissent dans 70 pays, sur tous les continents !

Les fondements humanistes et universalistes de la pédagogie Steiner-Waldorf lui permettent de se déployer dans tous les pays du monde, en s’adaptant parfaitement au contexte culturel et géographique : d’une réserve indienne à la Silicon Valley des USA (278 établissements) jusqu’aux vastes contrées chinoises (48 établissements). En 1994, l’UNESCO officialise son partenariat avec la pédagogie Steiner-Waldorf.

L’Allemagne reste aujourd’hui le pays où la pédagogie est le plus développée, avec plus de 800 établissements : en 2018, 1 enfant scolarisé sur 100 est élève d’une école Steiner-Waldorf !

Le jardin d'enfants de l'école Mathias Grünewald

«Aucun autre concept pédagogique européen n’a connu une extension culturelle aussi vaste.»

Jost Schieren, chercheur en sciences de l’éducation
(Université Alanus Hochschule – Bohn)
1958 Jardins d’enfants
dans 70 pays
1184 Écoles
dans 68 pays
2500 Enfants
scolarisés en France
22 Écoles
affiliées en France
100 Ans
d’expériences pédagogiques