Droit de réponse Le Progrès

« Appel au boycott de Weleda et Dr Hauschka : pourquoi l’anthroposophie dérange »

Nous rétablissons les faits

Le 19 juin 2022, un article intitulé « Appel au boycott de Weleda et Dr Hauschka : pourquoi l’anthroposophie dérange » a été publié sur sur les sites internet de plusieurs journaux (Le Progrès, l’Alsace, Le Dauphiné, DNA). Cet article, rédigé par « La rédaction », fait état d’éléments fallacieux et de faits présentés de façon tout à fait partiale et faussement documentés, qui nuisent fortement à l’image des établissements Steiner-Waldorf en France. Pourtant, la seule consultation du site internet de la Fédération Pédagogie Steiner-Waldorf aurait permis à « la Rédaction » de mettre en perspective les éléments à charge dont elle disposait. Nous reproduisons donc ici la réponse que nous avons demandée à apporter aux passages contestés.


Plusieurs passages de l’article nous apparaissent fallacieux et mal documentés :

  • Le paragraphe « Même si elles affirment ne pas enseigner l’anthroposophie, les méthodes d’enseignement et certains “cours” proches plutôt de “rituels” et le manque d’informations données aux parents sont dénoncés. »
  • Le paragraphe « Parmi les missions pédagogiques, on peut lire ”(….) éduquer l’enfant tout entier -tête, coeur et mains – à partir d’une compréhension ésotérique de l’être humain en développement” – qui renvoie à un site canadien.
  • Le paragraphe « De nombreux témoignages évoquent des manques, notamment de protection (…), des rites (…) et de la ségrégation (…). De plus, la doctrine étant contre la vaccination, les écoles sont régulièrement signalées pour leurs taux très bas d’enfants vaccinés”.
  • « Les écoles Steiner Waldorf suscitent des interrogations pour la Miviludes ».

Nous rétablissons les faits avec les éclairages suivants :

La Fédération pédagogie Steiner Waldorf en France est une institution tout à fait indépendante d’autres institutions s’inspirant de l’anthroposophie. C’est pourquoi nous limiterons volontairement ici nos propos à la dimension pédagogique qui nous concerne.

Nous rappelons qu’il existe de multiples études universitaires réalisées dans le monde, de nombreux témoignages d’anciens élèves et d’anciens parents qui viennent communément souligner que l’anthroposophie n’est pas enseignée dans nos établissements. Aussi, des spécialistes de l’éducation comme par exemple Andreas Schleicher, ancien élève aujourd’hui directeur de l’éducation de l’OCDE et créateur du classement PISA ou Heiner Ulrich, spécialiste reconnu et par ailleurs critique de la pédagogie Waldorf, ont affirmé cet état de fait.

La pédagogie Steiner Waldorf fait partie de ces méthodes d’enseignement dites « alternatives », qui veille naturellement à se conformer aux attendus du socle commun de connaissances, de compétences et de culture, mais se distingue notamment par le fait que les enseignements proposés le sont dans le respect d’un rythme d’apprentissage qui est propre aux établissements Waldorf. Par ailleurs, au côté des disciplines traditionnelles se côtoient un grand nombre d’activités artistiques, artisanales, techniques, dans le quotidien de chaque élève, ou sous forme de projets qui viennent rythmer le déroulement de l’année. Derrière cette richesse d’expériences, un principe éducatif fondamental : « Savoir, savoir-être et savoir-faire« .

atelier artistique musique
Une grande diversité d’ateliers artistiques, artisanaux et techniques est proposée dans les établissements Steiner-Waldorf à côté des matières académiques.

Concernant les allégations selon lesquelles les établissements n’informeraient pas en toute transparence les parents et la nature de certains cours qui s’apparenteraient plus à des rituels, nous tenons à préciser que la question du rituel est un outil pédagogique très utilisé et valorisé, y compris au sein de l’Éducation nationale.

Ainsi peut-on trouver par exemple sur l’espace numérique de l’éducation en Bretagne, site conçu en partenariat avec l’Académie de Rennes, une « banque de rituels » que les enseignants sont invités à mettre en œuvre, énonçant que les avantages de ces rituels sont les suivants :

« – Proposés en début de séance, les rituels facilitent la gestion de début de séance afin de mettre efficacement la classe en activité.

– Selon la mise en forme choisie (diapositives, questions orales), les rituels peuvent permettre de dynamiser le cours du professeur, de motiver les élèves et de stimuler leur concentration.

– Les rituels favorisent le raisonnement en minimisant l’obstacle du formalisme.

– Les rituels développent les images mentales et permettent un ancrage dans le temps des notions développées. »

Dès lors, il est acquis que les rituels ne relèvent pas simplement d’un certain mysticisme tel que cela est suggéré dans l’article, mais présentent des avantages d’un point de vue pédagogique en ce qu’ils permettent de favoriser l’entrée dans le travail et l’apprentissage par la répétition courte et régulière.

En outre, les établissements Steiner-Waldorf et la Fédération proposent sur le site de la Fédération de nombreux articles explicitant les fondements de la pédagogie et le déroulé des cours, l’importance accordée aux fêtes etc. ainsi que de nombreux témoignages d’anciens élèves, site qu’il aurait convenu à minima de consulter, et de préférer à un site canadien, semblant constituer l’unique source sur laquelle « la Rédaction » s’est basée pour appréhender la pédagogie Steiner Waldorf.

Concernant les témoignages et les accusations portées dont il est fait état dans l’article : Nous affirmons haut et fort que la violence n’a pas sa place dans un établissement Steiner Waldorf. Comme toutes les institutions éducatives, les établissement Steiner Waldorf sont en effet appelés à trouver des réponses adaptées à ce problème de société qui ne les épargnent pas. Elles y travaillent en permanence et les équipes pédagogiques sont de plus en plus formées sur les questions de harcèlement et de violence à l’école. Les établissements Steiner Waldorf travaillent pour ce faire main dans la main avec les services compétents et les autorités de tutelle.

Concernant plus particulièrement la question de la vaccination qui a beaucoup occupé les esprits ces derniers temps, les établissements Steiner-Waldorf respectent la loi concernant l’obligation vaccinale et il n’y a aucune prise de position en termes de santé publique de la part de nos établissements.

Enfin, s’il est exact que la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) est vigilante quant aux établissements Steiner Waldorf en France depuis la fin des années 1990, il aurait été également indispensable de préciser que, jusqu’à maintenant, la Miviludes n’a jamais constaté de « dérive sectaire ». Même constat du côté des inspections de l’Education nationale, non évoquées dans l’article.

Au Royaume Uni, précisons que l’Ofsted, qui est un organisme indépendant mandaté par l’Etat pour inspecter les écoles hors contrats, a complètement modifié son système d’évaluation, ce qui a conduit plusieurs écoles privées à faire le choix de fermer devant la somme de modifications nécessaires pour se maintenir ouverts. Aucune école Waldorf n’a été fermée par l’Ofsted. Depuis 2019-2020, il est dommage de ne pas citer tous les rapports extrêmement positifs de l’Ofsted concernant les écoles Waldorf.

Pour finir, nous souhaiterons préciser que, tout comme les sciences de l’éducation ou la psychologie cognitive ne sont pas enseignées à des élèves dans un système pédagogique classique, l’anthroposophie n’est pas enseignée aux enfants des établissements Steiner Waldorf. Elle est une démarche de travail réservée aux pédagogues pour les aider à développer une action pédagogique créative qui soit la plus pertinente possible. Cela signifie que les propositions pédagogiques élaborées par Rudolf Steiner au début du XXème siècle ne sont pas considérées par les pédagogues comme une religion ou un dogme auquel il conviendrait d’adhérer en abandonnant tout esprit critique, mais constituent autant de propositions de pratiques concrètes (rythme d’enseignement, diversité des contenus pédagogiques etc.) dont les pédagogues vérifient naturellement la pertinence.

Pour toutes ces raisons, la partie de l’article consacrée à la pédagogie Steiner-Waldorf s’apparente à une entreprise de stigmatisation dénuée de fondements d’une proposition pédagogique alternative offerte aux parents.