fête de la Saint-Michem

Les fêtes dans la pédagogie Steiner-Waldorf

Relions-nous et réjouissons-nous !

Si les fêtes sont des moments joyeux et conviviaux dans les établissements Steiner-Waldorf, attendus de tous, elles sont cependant bien plus que ça et recèlent des vertus pédagogiques.


Relier les enfants à la nature, les immerger dans son flot de vie, leur faire ressentir l’immensité de sa sagesse, son génie créatif, constitue un des objectifs majeurs de la pédagogie Steiner-Waldorf. D’où des fêtes mettant en relief les saisons. Ces fêtes offrent un vécu intense et de belles images du cycle de la nature, monde naturel que les enfants rencontrent quotidiennement à l’école Steiner-Waldorf, tant dans l’environnement des écoles que dans les activités proposées (sorties en forêt, jardinage, stage bûcheronnage…).

Les fêtes célébrées reflètent la culture du pays où l’école est implantée. Ainsi, c’est à une transmission vivante du patrimoine que ces fêtes invitent, permettant à l’enfant d’être ancré culturellement dans le lieu dans lequel il vit.

Par ailleurs, l’être humain s’éduque à travers le lien qu’il noue avec autrui. Dans la pédagogie Steiner-Waldorf, le lien humain est le préalable à tout apprentissage. Les fêtes sont des occasions sociales de cultiver le vivre-ensemble, en permettant aux élèves de tout âge, aux professeurs, aux parents et amis de se côtoyer et de partager un moment festif et convivial.

Lien à la nature, ancrage culturel, relation aux autres : ce sont ces trois éléments qui font des fêtes des temps pédagogiques forts dans les établissements Steiner-Waldorf.

Vivre les rythmes de la nature

Les quatre saisons qui rythment le cours de l’année, impulsent de belles fêtes cardinales, chacune avec sa spécificité propre, son originalité, sa couleur. Cette rythmicité donne vie au temps, qui devient un vécu intérieur par la richesse des images de chaque fête. La répétition des fêtes offre également un repère et un ancrage temporel à l’enfant. Les festivals annuels permettent de diviser le temps en différents moments.

Au fil des saisons, la nature se transforme. L’année scolaire commence à l’aube de l’automne. Le temps de l’abondance et de l’insouciance que caractérise l’été se termine, la nature nous a donné tous ses fruits. A l’équinoxe d’automne, la nuit va commencer à prendre le pas sur le jour. Il va maintenant falloir puiser en nous nos propres ressources. La fête des récoltes et de la Saint Michel a lieu à cette période. Elle pousse au courage individuel en invitant les élèves à surmonter les épreuves de courage qui leur sont proposées, afin de trouver en eux la force de traverser les épreuves.

L’hiver arrive. Le froid et l’obscurité sont bien installés. Le solstice d’hiver marque la nuit la plus longue de l’année. Dans cet environnement sombre, les festivités de l’Avent apportent lumière et chaleur intérieure. Alors que le monde vit bien souvent cette période avec fébrilité, dans une frénésie commerciale, nous invitons l’enfant à se réjouir de chaque jour qui le rapproche de Noël, et de pleinement vivre l’attente, tout comme la nature autour de lui qui s’est mise au ralenti.

Au printemps, la nature se réveille. Les jeunes pousses sortent de terre, la terre se pare de fleurs et les arbres de leurs premières feuilles. La fête de Pâques célèbre le renouveau de la nature. Des graines seront semées, les travaux de jardinage vont reprendre de plus belle et les joies du printemps vont être célébrées.

 

L’année scolaire touche à sa fin. Les jours sont maintenant longs et chauds, le solstice d’été approche. La nature devient prolifique, généreuse. La fête qui inaugure l’été invite les enfants à chanter, à danser autour du feu de la Saint Jean voire à sauter par-dessus.

Toutes ces fêtes sont donc des occasions privilégiées de connecter l’enfant à son environnement naturel, en le faisant vivre et en le rendant attentif aux rythmes de la terre. Ainsi, il développe une relation intense avec la nature, basée sur un vécu personnel et non pas uniquement des connaissances intellectuelles, relation qui est nécessaire à toute éducation à l’écologie.

Les fêtes sont également des moments importants pour transmettre la culture et les traditions locales, avec les valeurs que celles-ci véhiculent.

Une célébration vivante du patrimoine

Les fêtes sont un élément culturel important et par là une clé de l’ancrage de l’enfant au lieu. Elles sont les miroirs de traditions locales et religieuses, ainsi que des coutumes de la région où est implantée l’école.

Donner un sens aux lieux que fréquente l’enfant (dont l’école et son environnement géographique et culturel) est important, car cela est lié à un sentiment d’appartenance et à un sentiment d’identité. Les fêtes participent à transmettre ce sens, à côté d’autres cours (comme le jardinage, où l’enfant participe concrètement à transformer son environnement, ou la période de géographie locale).

Selon les régions, pays, continents, voire cultures ou religions particulières, les écoles Steiner-Waldorf ont toute liberté d’initiative quant au choix des fêtes qu’elles désirent célébrer.

Ainsi en Europe et dans les régions du monde où la chrétienté constitue historiquement un des fondements culturels majeurs, elles sont naturellement issues du christianisme.

En Inde, pays aux multiples religions, les fêtes de plusieurs religions sont célébrées, dont l’hindouisme bien évidemment (Holi par exemple ). En pays arabes, ce sont naturellement celles de l’islam. Les écoles en Chine célèbrent les festivals traditionnels, comme le « festival de la lune », ou festival de mi-automne tandis l’école Waldorf Kusi Kawsay, située à une altitude de 3000 m près de Cusco, suit les anciennes coutumes andines, par exemple le rituel en l’honneur de la « Pachamama », la Mère Terre. Chaque école a son identité propre qui reflète la culture et les traditions du pays où elle est implantée.

Toutes ces fêtes contribuent donc à l’ancrage culturel des enfants, tout en étant des occasions sociales de vivre-ensemble importantes.

Cultiver la relation aux autres

Les fêtes à l’école Steiner-Waldorf sont fêtées avec joie par l’ensemble des élèves, des professeurs et des parents réunis pour ces occasions. Ce sont des occasions de rencontre, de partage et d’échange entre les élèves des différents âges, ainsi qu’entre professeurs, parents et amis de l’école.

C’est le cas lors de nombreuses fêtes où les élèves de différentes classes sont amenés à se mélanger (dans des équipes pour des épreuves de la Saint-Michel par exemple). Echange et entraide font partie intégrante de ces fêtes. Les élèves y vivent le fait de faire partie d’un groupe plus large que leur propre classe.

Les fêtes de trimestre sont des temps de rassemblement de toute l’école, parents y compris.  C’est un moment de partage humain et social où les élèves sont sollicités à offrir le meilleur d’eux-mêmes pour le montrer au public.

Toutes ces fêtes s’intègrent harmonieusement dans le cursus scolaire de l’année et elles s’associent aussi très librement et spontanément aux différentes manifestations de la vie associative des écoles qu’elles enrichissent : marchés de Noël, de Printemps ou d’Été, portes ouvertes… Lors de ces événements, auxquels les élèves sont partis prenantes, c’est l’ouverture sur l’environnement plus large de l’école qui est cultivé, avec l’accueil de visiteurs.

Les fêtes sont donc des moments majeurs de la vie d’un établissement Steiner-Waldorf, tant pour leurs apports pédagogiques que pour la joie et l’enthousiasme que ces festivités apportent.