Claire Georges

Chef de missions conformité et contrôle permanent

Ancienne élève

« Je souhaiterais partager mon expérience sur les neuf années passées à l’école Perceval de 1995 à 2005. J’ai intégré l’école en grande section de maternelle (dernière année de jardin d’enfants), et ai quitté une première fois l’école en début de CE1 (2è classe) pour le déplacement professionnel de mon père à Singapour. Pendant huit mois, à l’âge de 8 ans, j’ai été scolarisée au Lycée Français de Singapour où j’ai été parfaitement intégrée, après ma classe de CP (1è classe) à Perceval. L’école Perceval me manquait, et je souhaitais absolument faire le stage à la ferme prévu en classe de CE2 (3è classe).

La scolarité à Perceval est en effet rythmée par des voyages de découverte, des représentations de classe (théâtre, spectacles…) et des projets personnels (artistiques, manuels, littéraires…) A notre retour de Singapour, j’ai donc pu poursuivre mon épanouissement scolaire et personnel à Perceval. Ce qui m’a le plus intéressée, c’est la pédagogie d’enseignement. Les cours d’histoire étudiés avec des dessins dans les petites classes, les cours de langues avec de la musique, apprendre à écrire à son rythme avec un crayon, stylo plume, un stylo… Le travail des matières comme le bois, le cuivre, la terre, le tissu m’a inculqué l’ouverture d’esprit, la concentration et m’a appris à être curieuse. A la fin de ma 3è (9è classe), après avoir réalisé un tutu de danse comme projet de fin de cycle et brevet en poche, j’ai souhaité intégrer un lycée « classique ». Un lycée public m’a ouvert ses portes, et là encore, mon adaptation et mon intégration ont été rapides et sans problèmes particuliers. J’ai obtenu le bac ES avec mention bien. J’ai ensuite poursuivi mes études en IUT, puis en école de commerce. Bac+5. J’ai maintenant 30 ans et travaille au service conformité et contrôle interne d’un grand Groupe. »

Mes loisirs préférés demeurent la couture, la danse et la musique ; je les dois à cette pédagogie qui a façonné qui je suis aujourd’hui. Si j’ai des enfants un jour, je pense sincèrement les scolariser dans une école Steiner, afin de leur permettre de s’épanouir et de cultiver leur esprit curieux et critique.