Naël Duedari

Thérapeute

Parent d’élève

« En 2003 nous avons visité l’école Steiner de Verrières-le-Buisson avec mon épouse et nous sommes “tombés amoureux”. J’ai pleuré en voyant successivement apparaître devant moi : atelier de poterie, de tissage, menuiserie, forge… J’ai réalisé à quel point se trouvait ici tout ce que j’aurai aimé apprendre à l’école, et que l’essentiel était d’apprendre aux enfants à s’épanouir et non à en faire de simples exécutants. Sensibles à l’écologie, nous avons visité les jardins d’enfants, uniquement constitués en matières saines et naturelles ; voyant que les enfants ont un rapport privilégié à la nature pendant les récréations, qu’ils s’alimentent bio et “fait maison”, nous avons immédiatement su que c’est ce que nous voulions pour nos enfants.

Je précise qu’à l’époque notre fille avait fait sa maternelle dans le public. Nous avions apprécié qu’elle y fasse de nombreuses activités créatives, mais été déçus à l’idée qu’elle passerait désormais huit heures par jour assise sur une chaise derrière un bureau. D’autres part, la cour bétonnée ne permettait que peu d’expériences, et les conditions météorologiques (pluie ou neige) entraînaient systématiquement une interdiction de sortie. Les élèves restaient devant des écrans pendant la récréation…

Nous avons eu quatre enfants à l’écoles Steiner et ne regrettons absolument rien. La philosophie de la pédagogie Steiner répond vraiment au besoin de l’enfant. Ce qui me plaît vraiment est qu’il soit nourri à tous les niveaux : aussi bien intellectuellement qu’artistiquement, émotionnellement et spirituellement. De nombreuses confessions sont présentes à l’école : aussi bien musulmane, catholique, bouddhiste, juive, laïque ou athée. C’est justement ce qui est génial : chacun peut y vivre sa foi ou son absence de foi de la façon dont il l’entend.

La pédagogie est suffisamment vaste et inclusive pour apporter à l’élève ce dont il a besoin, s’il en a besoin. Les élèves apprennent en se liant avec le vivant. De nombreuses activités leur sont proposées comme des rites de passage : un stage à la ferme, apprendre à couper le bois, manier les outils de la forge, tricoter, coudre, réaliser un chef-d’œuvre, faire un stage social… Autant de dimensions qui les éveillent à se découvrir eux-mêmes et s’affirmer en tant qu’eux-mêmes. Chacun devient ce qu’il a à devenir : un médecin, un artiste, un ostéopathe, un ingénieur, un architecte, un travailleur social… L’école permet et n’enferme pas.

L’équipe pédagogique est très présente autour de l’enfant et nous l’avons senti pour chacun de nos enfants. Les moindres difficultés ont été abordées conjointement avec les professeurs et le regard croisé parent/professeur s’est révélé souvent bénéfique pour nos enfants. Cette pédagogie nous a fait rencontrer aussi de nombreuses personnes intéressantes par le biais des nombreuses activités périscolaires qui y sont proposées. C’est une pédagogie très riche qui a tellement à partager ! Comme toute organisation humaine, il y a toujours des imperfections et des choses qui ne se passent pas comme on le souhaite, néanmoins elle a le mérite d’exister et nous la remercions pour cela. Je souhaite que cette pédagogie puisse être accessible au plus grand nombre. Elle a un coût, c’est vrai, mais qui vaut largement l’épanouissement de nos enfants ! »