Alice Piguet-Gohar

Graphiste maquettiste

Ancienne élève

« J’ai fait le cycle – complet à l’époque – du jardin d’enfants à l’équivalent de la seconde dans les années 70 (L’école Steiner était alors installée à Paris même, rue d’Alésia dans le 14ème).

J’en ai gardé beaucoup de souvenirs heureux et de belles expériences.

Le nombre d’élèves par classe (15 maximum) permettait aux enseignants d’être réellement attentifs à chaque enfant et permettait un travail en groupe, très formateur pour notre future vie d’adulte. Ce sont ces qualités là que l’on admire aujourd’hui dans la méthode Montessori. L’apprentissage des langues dès les plus petites classes était un plus.

Le respect des différences de chaque individualité était aussi au cœur de l’enseignement. Chacun de mes camarades (avec qui j’ai gardé des liens d’amitié) a suivi sa propre voie : de l’ingénieur à l’auteure en passant par l’acteur de théâtre.

La sensibilisation à la nature et à ses cycles, à la beauté de la vie en général était très présente… L’écologie avant l’heure !
Pour moi, la méthode d’enseignement des écoles Steiner est avant-gardiste. »