Joie d’apprendre et confiance en soi

Les résultats d’une grande étude sur la pédagogie Steiner-Waldorf

La pratique de la pédagogie Steiner-Waldorf confirmée par la recherche universitaire empirique : les élèves des écoles Steiner-Waldorf apprennent avec plus de plaisir et trouvent leur école plutôt accueillante. Deux tiers d’entre eux se sentent pris en compte de manière individuelle par leurs professeurs. D’ailleurs ils se sentent confortés dans leurs attentes et leurs compétences, ils apprennent à l’école à connaître leurs forces.


Ceci est le résultat d’une grande étude empirique menée sur les pratiques pédagogiques dans les écoles Waldorf et rendue publique le 26 septembre 2012 par la Fédération allemande des écoles Waldorf1.

Publication de l’étude aux éditions Springer

L’étude intitulée « L’expérience pédagogique dans les écoles Waldorf » a été menée par l’Université de de Düsseldorf et Alanus, école supérieure des Beaux-Arts et des sciences sociales près de Bonn, auprès de huit-cents élèves venant de dix écoles Steiner-Waldorf. Andreas Schleicher, expert en éducation de l’OCDE et coordinateur de l’étude internationale PISA (Programme for International Student Assessment), en a rédigé l’avant-propos.

« Nous nous réjouissons de cette nouvelle étude qui prouve, par des études sur le terrain que les expériences pédagogiques vécues dans les écoles Waldorf sont exactement celles dont les élèves ont besoin dans notre monde actuel. » Pour Henning Kullak-Ublick, de la Fédération Steiner-Waldorf allemande, l’étude démontre que la pédagogie Waldorf travaille dans la bonne direction car elle tient compte à la fois de l’environnement pédagogique, de l’ambiance dans la classe et de la participation active des élèves dans l’organisation des cours. Ce qui importe – et ce que confirment également des études scientifiques récentes sur le cerveau -, c’est de s’appuyer sur l’activité personnelle et la créativité des élèves et de leur communiquer ainsi la motivation nécessaire pour l’apprentissage tout au long de la vie.

La Fédération allemande a soutenu le groupe de recherche « parce que nous portons un grand intérêt à voir si nos pratiques pédagogiques journalières peuvent soutenir le regard extérieur ». M. Kullak-Ublick a remercié les chercheurs pour leur travail et pour leur « regard extérieur ». Il a assuré que les résultats de cette recherche inspireront le travail conceptuel dans les écoles Waldorf. Andreas Schleicher, de l’OCDE, écrit dans son avant-propos que l’intelligence sociale, la sécurité émotionnelle et l’esprit d’entreprise sont des qualités décisives pour trouver sa voie dans un monde toujours plus complexe. Les conclusions des recherches présentées dans cet ouvrage montrent que les écoles Waldorf possèdent les bons outils pour préparer les élèves à leur avenir. La joie d’apprendre, le goût de l’effort et l’activité personnelle ne sont pas seulement des préalables importants pour la réussite scolaire, mais elles sont devenues aujourd’hui des facteurs clefs.

Heiner Barz, qui a présenté l’étude au nom de l’équipe de recherche, a mis en avant l’étroite interdépendance entre la réussite scolaire, la santé et l’ambiance qui règne dans l’école. Il a également souligné qu’elle se trouve de plus en plus au centre des préoccupations de la science.

« Des élèves arrivant à l’école, libérés de la pression de la compétition, du stress des examens et de l’angoisse du regard des autres se trouvent dans des conditions d’apprentissage nettement plus favorables. » — Professeur Heiner Barz

Meilleurs résultats, moins de problèmes de santé et une meilleure relation professeurs élèves

Les résultats de l’étude prouvent que les élèves des écoles Waldorf ont obtenu de meilleurs résultats sur ces deux items (réussite scolaire et santé) que les élèves fréquentant des écoles traditionnelles. Des problèmes de santé comme l’insomnie ou la nervosité sont plus rarement rencontrés chez les élèves Waldorf.

Andreas Schleicher, Heiner Barz et Henning Kulhak

De même, la relation avec les enseignants serait décrite comme nettement meilleure. 64,8 % des élèves d’écoles Waldorf sont d’accord avec l’affirmation que « Nos enseignants s’intéressent au progrès des acquis de chaque élève en particulier », contre 30,5 % seulement du côté des élèves d’écoles traditionnelles. 83 % des élèves confirment qu’on les a confortés à l’école dans l’idée « qu’ils avaient des forces et les capacités nécessaires ».

L’apprentissage autonome et individuel est également un des piliers de l’enseignement dans les écoles Waldorf. Cela se reflète par exemple dans la place accordée aux travaux annuels, réalisés sous la forme de projets individuels, et aux nombreuses activités artisanales et artistiques. La grande majorité des élèves des écoles Waldorf sont d’accord avec l’affirmation que, dans leur école, les arts plastiques, la musique et le théâtre ont une place importante. L’Unesco a récemment souligné, dans ses publications, l’importance de la formation culturelle.

Le mouvement des écoles Waldorf investit de manière conséquente dans la formation des professeurs. En 2011, par exemple, les écoles Waldorf allemandes ont dépensé 8 millions d’euros pour la formation de leurs enseignants, auxquels s’ajoutent plus de 300 000 euros pour formation continue et le développement de nouveaux modèles de formation des enseignants. Le financement des dépenses est assuré de manière prépondérante par les parents des écoles Steiner-Waldorf, ce qui ne va pas de soi, comme l’a expliqué M. Kullack-Ublick. Les formations sont également financées par les étudiants eux-mêmes. Parents et futurs enseignants sont donc manifestement prêts à fournir des contributions particulières pour une pédagogie particulière. Ces aspects révèlent un engagement dans la société civile qui dépasse largement la moyenne.

Notes
  1. Liebenwein, Sylva & Barz, Heiner & Randoll, Dirk. (2012). Bildungserfahrungen an Waldorfschulen. 10.1007/978-3-531-19090-7.