Le jeu est le travail le plus sérieux du petit enfant

Le jeu libre au jardin d’enfants

Des espaces de jeu sont des espaces d’avenir ! Dans le jeu, les enfants appréhendent la nature et leur milieu culturel par l’imitation. En jouant, ils reproduisent ce qui se passe autour d’eux  : leur vécu du monde s’ancre de la sorte profondément en eux, par le biais du jeu mais aussi du mouvement, sans avoir besoin de passer par une quelconque forme d’intellectualisation. Le jeu des enfants constitue de ce fait la base de la compréhension ultérieure du monde. La « préhension » devient « compréhension ».


De façon spontanée, et dès qu’on lui en laisse la possibilité, l’enfant joue. Il est alors l’initiateur de son activité, le créateur, l’inventeur. Il se met en “mouvement” de par son propre élan. Il peut simultanément construire, mettre en scène et imaginer. Il agence les objets, les organise, tout en expérimentant une “histoire”, un rôle. Planches, tissus, rondins, cailloux arrangés par l’enfant deviennent cabane pour un fermier, bateau pour un pêcheur, maison pour une maman, château pour une reine, lit pour un bébé…Selon les besoins particuliers de chaque enfant, selon la personnalité, selon l’âge, le jeu varie. Le petit de 3 ans va empiler, rassembler, remplir, vider… Son désir est d’interagir avec le monde et d’expérimenter les gestes et les mouvements qu’il perçoit. Son jeu n’est pas organisé d’avance. Son intérêt se laisse capter par quelque chose: un tronc d’arbre, des blocs de construction, une poupée, et le jeu progresse tout seul.

Puis peu à peu, il va vraiment “jouer” avec son environnement en le transformant, en reproduisant à sa façon, ce qu’il perçoit dans son entourage. Le jeu va s’organiser à partir d’une idée. Tout d’abord, l’enfant sait à quoi il veut jouer, puis il rassemble les objets qui vont lui servir. Un élément intérieur apparaît qui va se développer en représentations concevant des projets. L’espace du jeu est transféré de l’extérieur à l’intérieur.

Pour favoriser l’imagination lors des jeux libres, les jouets doivent être choisis avec soin. Ce sont des jouets simples, en matériaux naturels, non préformés comme des planches, des tissus, des cordes, des paniers, des rondins de bois, toutes sorte d’objets grands et petits qui peuvent servir à construire et agencer ainsi que des jouets rudimentaires “fait maison”, comme on peut le découvrir dans cette vidéo. Les objectifs pédagogiques de ce matériel sont multiples :

  • permettre le jeu coopératif
  • permettre des constructions d’envergure un peu complexes qui font en même temps office de “parcours de psychomotricité » créés par les enfants eux- mêmes: ramper dans un tunnel, sauter d’une tour, glisser sur une pente,etc.
  • permettre un jeu symbolique qui ne soit pas suggéré ou manipulé par le fabricant du jouet: une poupée en chiffon à la place d’une poupée “Barbie” laisse l’imagination libre et favorise davantage la créativité. De même une racine tortueuse à la place du dinosaure en plastique.
  • permettre l’expérience, que “faire soi- même” et ”imaginer soi- même” est plus motivant et gratifiant que d’utiliser et consommer des objets tout faits.

Pendant qu’il joue l’enfant apprend par le vécu, de manière concrète. En construisant une tour, un pont, un bateau, avec des matériaux et objets variés, il expérimente l’équilibre, les volumes, les surfaces, les poids, les qualités et les propriétés des différentes matières et il perçoit de mieux en mieux son propre corps et ses limites, renforce sa coordination et son habileté.Par le jeu il devient possible de maîtriser les mouvements du corps, l’équilibre, la sensibilité du toucher, et la ferme préhension. De là naîtra plus tard l’expérience consciemment vécue : je peux donner forme au monde parce que je l’ai saisi.

Le jeu permet aussi tout particulièrement à l’enfant, dans un contexte de groupe, et de par la liberté qui est donnée, de vivre de multiples expériences de rencontres avec les autres, développant ainsi ses capacités sociales.

Le jeu libre est essentiel pour la santé et le bien-être des enfants ; il favorise le développement de la créativité, de l’imagination, de la confiance en soi, de l’efficacité personnelle et de nombreuses autres aptitudes physiques, sociales, cognitives et émotionnelles. Il favorise tous les aspects de l’apprentissage.

Toutes ces expériences concrètes faites dans le jeu pénètrent inconsciemment mais profondément l’enfant. De façon naturelle, à son propre rythme, il fonde ainsi les bases de ses futurs apprentissages. En jouant librement l’enfant devient actif, il développe ses forces de créativité, son imagination, à la base d’une pensée créatrice, une pensée dont la créativité tend vers l’avenir.  Il expérimente le monde des objets et des lois physiques, les rapports sociaux, et ses propres capacités physiques. Il rejoue la vie à sa façon. Dans une étude faite aux USA, Sara Smilansky a examiné le rapport entre des jeux menés dans un jardin d’enfants structuré, plein de fantaisie, et le comportement ultérieur de ces enfants à l’école. Elle a constaté que le jeu soutient les aptitudes cognitives requises en cours. Les enfants qui étaient « bons » au jeu faisaient preuve d’une volonté d’apprendre, d’une exubérance et d’aptitudes sociales développées. Dans son livre « Childrens’ play and learning », elle mentionne l’importance des jouets simples, de structure non achevée, et les problèmes que causent les exercices didactiques sous forme de jeux, devenus populaires de nos jours.

Le Comité sur les droits de l’enfant des Nations Unies souligne aussi l’importance du jeu libre pour les apprentissages : « Le jeu libre est essentiel pour la santé et le bien-être des enfants ; il favorise le développement de la créativité, de l’imagination, de la confiance en soi, de l’efficacité personnelle et de nombreuses autres aptitudes physiques, sociales, cognitives et émotionnelles. Il favorise tous les aspects de l’apprentissage.» Une importance également reconnue par les pédiatres.

C’est pourquoi, au jardin d’enfants, l’espace (des endroits qui permettent de trouver des cachettes, des “nids” et une certaine intimité, et d’autres qui permettent du mouvement et des constructions d’envergure) et le temps sont aménagés de manière à ce qu’ils puissent favoriser tout particulièrement le jeu initié par l’enfant.

Pour en savoir plus sur le jeu libre, nous vous invitons à lire cet article.